Blabla

Vous utilisez (probablement) mal les huiles essentielles

Et moi aussi !

Enfin, jusqu’à il n’y a pas très longtemps en tout cas… Cet article fait écho au précédent où je vous invitais à déconstruire avec moi des idées préconçues, voire des croyances, relayées sur les blogs beauté au naturel. Ce n’est pas toujours évident de s’y retrouver entre la multitude de conseils que l’on peut retrouver sur internet, dans les livres, les e-books et les livres de DIY pour faire ses propres cosmétiques. Au départ je suivais assez aveuglement les recettes proposées et j’appliquais scrupuleusement les conseils distillés par les blogueuses/youtubeuses les plus influentes jusqu’à ce que je me rende compte qu’il s’agit parfois de personnes qui n’en savent pas forcément plus que moi ou qui apprennent en même temps que moi.

Aujourd’hui je voulais qu’on aborde ensemble la question des huiles essentielles car elles méritent un article à elles toutes seules. Je le rappelais dans mon dernier article, vous qui me lisez êtes très majoritairement un lectorat avisé et passionné mais, je m’en rends compte de plus en plus, ça ne veut pas dire qu’on est spécialiste à 100% en aromathérapie et moi la première. Je me suis ici librement inspirée d’un hors série de 60 millions de consommateurs où ils rappelaient des règles élémentaires dans l’utilisation des HE pour refaire le point avec vous et vous permettre, comme moi, de vous réinterroger sur vos pratiques – un peu de réflexivité ne fait pas de mal, croyez-moi !

Les huiles essentielles c’est quoi ?

Je ne vais pas réécrire le procédé d’extraction des HE, c’est pas hyper passionnant à lire (et encore moins à écrire ^^). En revanche, on peut décrire les huiles essentielles comme des extraits hyper concentrés qui boostent vos soins ou vos fabrications maison – un peu comme les boosters de Clinique finalement.

Par exemple, pour fabriquer 10 ml d’huile essentielle, il faut plusieurs dizaine de kilos de fleurs ou d’extrait végétal. C’est hyper concentré et donc hyper puissant : il faut alors les utiliser avec beaucoup de précaution car le danger principal des huiles essentielles est probablement leur banalisation mais aussi le fait que l’on ne connaît pas vraiment leurs effets à long terme.

Je vais donc revenir ici sur les principales erreurs que l’on peut commettre en les utilisant et essayer de donner des solutions bis quand c’est possible.

  • Les utiliser pures

Contrairement à ce que pourrait indiquer le mot « huile », les huiles essentielles ne sont pas des corps gras mais un concentré de molécules très actives, c’est la raison pour laquelle il faut absolument les diluer dans un corps gras pour un usage externe et dans du miel ou sur un sucre pour un usage interne.

On conseille souvent de l’HE de tea tree pure sur les boutons ou de l’HE de lavande sur les brûlures ou les coups de soleil. En réalité, c’est à éviter car elles peuvent entretenir l’inflammation plutôt que la traiter. Même le coup de l’HE de tea tree sur un coton-tige et qu’on applique directement sur le bouton, qui est devenu un grand classique des blogs et chaînes youtube serait à proscrire. Il vaut mieux acheter ou fabriquer un petit roll-on adapté avec une huile végétale neutre comme celle de jojoba et y ajouter une synergie d’huiles essentielles dosée à 3 ou 4 % à utiliser localement – je reviens plus loin sur le calcul des concentrations.

  • Croire que les plus courantes sont inoffensives

Puisque je parlais du tea tree et de la lavande… Ce sont probablement les deux HE les plus connues et vous les avez probablement dans vos placards. D’ailleurs, il n’y a pas très longtemps, je les achetées en grand format sur AZ… Pourtant, je vous en parlais il n’y a pas très longtemps, elles sont suspectées d’être des perturbateurs endocriniens et de fonctionner comme des œstrogènes, ce qui peut s’avérer particulièrement problématique pour les jeunes garçons. Des études complémentaires sont en cours mais d’ici là méfiance, courantes ou pas les HE ne sont jamais anodines.

  • Croire que seul.e.s les femmes enceintes et les jeunes enfants doivent les éviter

Nous pouvons potentiellement tous.tes être concernées par les risques inhérents aux huiles essentielles avec des réactions plus ou moins intenses : « simple » allergie ou réaction urticaire, eczéma… pour les plus courantes.

Sachez aussi que certaines sont neurotoxiques comme la menthe poivrée, le romarin ou l’eucalyptus, d’autres sont hépatoxiques (mauvaises pour le foie) comme la cannelle, la muscade ou l’origan, d’autres sont photosensibilisantes, notamment celles à base d’agrumes et enfin d’autres sont dermocaustiques, comme celle de palmarosa dont on recommande l’utilisation dans les déodorants maisons !

Enfin toutes les personnes souffrant de maladies hormonodépendantes comme la thyroïdie doivent absolument demander un avis médical avant usage des HE.

Je vous mets ici la liste exhaustive des HE les plus problématiques.

Toutes ces informations peuvent effrayer. J’ai presque envie de dire « tant mieux ». Ca vous montre que même si les HE sont en vente libre, il ne faut pas prendre leur utilisation à la légère et que demander l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien sera toujours plus intéressant que celui d’un vendeur en supermarché bio, aussi passionné soit-il.

  • Ne pas compter les gouttes

Les recettes que l’on trouve sur les blogs et les livres de DIY et de cosmétique maison évoquent systématiquement un nombre de gouttes assez précis d’HE à ajouter aux différentes compositions. Croyez-moi, ce n’est pas pour rien ! Encore une fois, les HE sont des produits très puissants et parfois la goutte de plus peut être la goutte de trop. D’ailleurs n’hésitez pas à recalculer les concentrations en HE des recettes que vous trouvez sur internet. Récemment j’ai vu une jeune femme parler de son soin maison pour tout le visage qui proposait une concentration à 5% d’HE, c’est tellement trop !!!

Comment calcule-t-on ? On multiplie le nombre de ml de produit total que peut contenir votre flacon ou votre pot et vous le multipliez par le taux de concentration adéquat et vous divisez par 100. Le résultat indique le nombre de ml d’HE que vous pouvez mettre. Par exemple :

50 * 3 / 100 = 1.5

Pour un flacon de 50 ml, vous pourrez mettre 1.5 ml d’HE pour 50-1.5 = 48.5 ml de base (une huile végétale ou une émulsion par exemple). Si vous rajoutez des conservateurs, il faudra les prendre en compte dans vos calculs. Il y a des calculateurs pour vous aider comme ici.

N’oubliez pas qu’1ml d’HE vaut environ 25 gouttes – et quand vous hésitez, préférez 20 plutôt que 30… Vous m’aurez comprise 😉

Enfin, n’oubliez pas les règles :

Pour une utilisation thérapeutique : le dosage huile essentielle dans une huile végétale est de 8 à 12 %. Pour soigner un rhume par exemple.

Pour les massages corporels : le dosage en HE dans une HV est compris entre 4% à 8 %. 4% pour un pur massage tout simple, et plus par exemple pour une action ciblée pour lutter contre la cellulite par exemple.

Pour un soin cosmétique pour la peau de son visage, le dosage en HE est de 1 % à 3 %. (1 % suffit lorsqu’il n’y a pas de problème spécifique et plus pour des rides installées ou des boutons d’acné nombreux.

  • Faire des synergies trop complexes

On arrive ici à l’erreur que j’ai moi-même commise à de trop nombreuses reprises, faire des synergies avec trop d’HE différentes dans mes sérums, notamment celui que je vous conseillais au début de l’été. Il faudrait en réalité se limiter à 3 HE différentes maximum afin d’éviter les réactions à celles-ci. Remarquez que pour mon bain d’huile pour le cuir chevelu, j’ai rectifié le tir !

Pour le sérum peau parfaite, je vous proposais un mélange d’HE de lavande, de romarin, de bois de hô, d’ylang-ylang et de petit grain bigarade. Clairement certaines faisaient redite car elles ont à peu près les mêmes propriétés. En refaisant mon sérum récemment, j’ai donc gardé le romarin, le bois de hô et l’ylang-ylang qui, elles, sont complémentaires. Mon sérum fonctionne toujours aussi bien car il répond toujours aux besoins de ma peau donc c’est très bien !

  • Les utiliser pour tout et n’importe quoi

Des huiles essentielles maintenant, on en trouve partout : dans les recettes cosmétiques, dans les produits ménagers, à faire soi-même ou non, dans des sprays assainissant pour la maison, dans des médicaments… On peut même utiliser des cristaux d’huile essentielle pour la cuisine !

Gardez bien en tête que l’effet cocktail, ça n’est pas valable uniquement pour les produits conventionnels ! Beaucoup d’huiles essentielles se comportent comme des perturbateurs endocriniens (les fameux hormone like comme celle de sauge par exemple), il faut donc éviter d’en rajouter partout ! Généralement, on considère qu’il ne faudrait pas être exposé à plus de 8/10 gouttes par jour. On peut vite y être ! Si vous utilisez des produits ménagers et cosmétiques bio (dont la teneur en HE n’est jamais indiquée), évitez d’ajouter les fameuses « quelques gouttes » d’HE de citron et de tea tree à votre nettoyant maison, les « quelques gouttes » de lavande à votre lessive maison et respectez les doses indiquées précédemment si vous tambouillez vous-même. Dans la mesure du possible, essayez de privilégier les produits sans HE, notamment les déos (la zone des aisselles est tellement sensible !!) mais aussi la lessive.

N’achetez plus de spray maison aux  HE, ils sont pour la plupart du temps toxiques et irritants pour les voies respiratoires, ouvrez la fenêtre, c’est plus efficace et moins cher. Idem pour les bains de vapeur, je n’utilise plus d’HE, je mets des feuilles de romarin séchées achetées en vrac ou… juste de l’eau !

Et voilà, je crois que je vous ai tout dit… Ca fait un peu alarmiste ce genre d’articles mais je pense que c’est important de connaître ces informations. Dans ma région, il y a eu énormément de cas d’intoxication aux HE, alors ce n’est pas un mythe, il faut les manier avec précaution ! Et bien sûr, on teste toute nouvelle HE avant de la faire entrer dans son quotidien pour être sûr.e qu’on ne va pas y réagir !

Prenez soin de vous et à bientôt 🙂

 

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de “Vous utilisez (probablement) mal les huiles essentielles”

  1. Coucou Gabrielle,
    Je partage totalement ton avis, il ne faut pas jouer avec les Huiles Essentielles, une goutte de trop et ça peut être la catastrophe pour notre peau !
    J’ai eu une mauvaise expérience avec un adoucisseur que j’ai voulu faire moi même, je pense que j’avais mis la mauvaise dose car mon mari a attrapé une irritation !
    Bisous !

    Aimé par 1 personne

    1. Ah pas cool ! moi mon copain fait de l’eczéma… alors les lessives c’est sans HE ! Par contre les savons avec des HE spéciales peaux atopiques lui réussissent beaucoup ! Mais oui, je pense que c’est bien d’essayer d’évaluer sa consommation car à mon avis beaucoup dosent au petit bonheur la (mal)chance ! Je me suis rendue compte à quel point j’avais été moi-même imprudente ! Bonne soirée Valérie, à bientôt !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s